Histoire patrimoine

Eglise

Eglise

L’église de Tardets date du XIXe siècle. Elle possède un retable assez imposant en hauteur et quelques statues de bois polychrome. Le rétable, dans les tonalités or et rose, représente le Christ, entouré par divers saints, et protégé à son sommet par Dieu le Père sortant d’un nuage. Le plafond de lambris bleu est auréolé d’étoiles. Quelques éléments remarquables: Dans le chœur, des vitraux modernes intéressants. Croix processionnelle. Tableaux du XVIIIe siècle. Deux étages de galeries typiques de l’architecture des églises basques Ouverture: de 9h00 à 20h00 Messes: tous les dimanches à 10h30 et tous les jeudis à la chapelle de la Maison St-Antoine à...

Lire plus
Jumelage Ochagavia

Jumelage Ochagavia

Le village souletin de Tardets-Sorholus est jumelé avec son homologue navarrais d’Ochagavia depuis le 22 août 1965. Les deux villages, bien qu’ils se distinguent par certaines caractéristiques locales, ont beaucoup d’éléments en commun, propres à la zone pyrénéenne. Tout au long de l’histoire et même aujourd’hui, une relation fluide a été entretenue entre les différents acteurs du territoire, et ce dans différents domaines. D’abord pour les besoins communs (bétail, pâturages, chasse, pêche…). Avec le temps, pour le développement économique des vallées, en matière de tourisme, d’appui aux zones industrielles, de culture et de bien être social. Les deux communes réfléchissent ensemble à l’amélioration de la qualité de vie de ses habitants dans le but d’encourager les populations à demeurer sur le...

Lire plus
Le Fronton

Le Fronton

Incontournable dans tout village basque, le nôtre date de 1923. Il a été construit sur l’emplacement d’un parc boisé appartenant à l’immeuble “Bascouret-Enia” ou château Daguerre. Ce parc comptait de nombreux arbres répartis en sapins, marronniers et tilleuls, et descendait en pente douce jusqu’à la rue du Collège. Cette propriété fut acquise par la Commune en 1917. En 1922, le Conseil Municipal débattit de l’opportunité de construire un fronton en ce lieu. Ce projet divisa l’assemblée communale et entraîna la démission du Maire: Monsieur OYHESQUI, qui fut replacé par Monsieur MENDIONDO. Aux élections de 1923, les nouveaux élus, avec Monsieur CONSTANTIN Maire, entérinèrent la décision de construire prise en 1922, et firent en sorte d’accélérer les choses. Le fronton fut terminé, avec ses gradins, pour la semaine des SPORTS Basques en Septembre 1923. Cependant, cette construction ne se fit pas sans mal, puisqu’aucun adjudicataire ne se présenta lors de l’appel d’offres. On traita donc de gré à gré avec un entrepreneur local, Monsieur BASSAHON, qui accepta de construire ce fronton avec plusieurs contreforts situé à l’arrière du mur, pour la somme de 31 000 Francs. Hélas, les contreforts ne furent jamais édifiés, ce qui explique peut-être que le mur fronton fut renversé, de haut en bas, le 31 Décembre 1976, par une tornade d’une force exceptionnelle. Le Conseil Municipal s’attacha alors à le reconstruire dans les meilleurs délais. La pelote basque s’inspire du jeu de paume pour créer, à partir du XVIIème siècle, plusieurs spécialités. C’est ainsi qu’on peut assister à de belles parties de pelote : rebot, yoko garbi, les spécialités reines à Tardets mais également  grand gant, pala ou main nue. Les parties ont principalement lieu au printemps et en été mais il est possible de suivre les entraînements de l’Atharraztarrak , toute l’année, quand le temps s’y prête ! Sur Tardets, il s’agit d’un fronton place libre de 103 mètres de long et 20 m de large avec une aire de jeu dite cancha, délimitée au sol par des lignes et le mur, sur lequel on renvoie la pelote dit frontis. A noter que la Grande Semaine des Sports Basques (finale des championnats de France de pelote) réserve régulièrement des finales au fronton de Tardets la semaine du...

Lire plus
Chapelle de la Madeleine

Chapelle de la Madeleine

Là-haut, à presque 800 mètres d’altitude, la chapelle de la Madeleine vous offrira une vue à 360 degrés à couper le souffle, un balcon unique sur les Pyrénées Basques et Béarnaises. Lieu de culte païen avant la chrétienté, son joyau est son Autel Votif du IIème siècle, exposé à l’office du tourisme de Tardets. Côté légende, on dit que 4 saints voyageant ensemble, une fois parvenus en Soule, trouvèrent le pays si beau qu’ils décidèrent d’y rester. Ils veillent sur notre petite province du haut des collines où ils ont élu domicile : Sainte Barbe sur Galharague à Menditte, Saint Antoine en haut du col d’Osquich, Saint Grégoire à Lambarre (Ordiarp) et sainte Madeleine à Aranhe . Premières mentions de ce lieu de culte XVe mais la chapelle actuelle fut construite en 1894 (plusieurs fois restaurée depuis). Les croyances : les jeunes filles venaient prier cette sainte « érotique », pécheresse et repentie quand elles étaient en âge de se marier et à la recherche d’un conjoint. Elles caressaient aussi le visage de la sainte pour obtenir en grâces teint frais et jolie figure. On pouvait aussi y demander protection contre les orages, la foudre, la grêle et les intempéries mettant en danger les cultures et les troupeaux *. Les pèlerinages : deuxième dimanche avant Pâques et jour de la sainte (22 juillet). Au début du IIIe siècle, Valerius fait ériger un autel votif (visible à l’office du tourisme), à la suite d’un vœu à une divinité souletine pré chrétienne ? Herauscorritsehe, serait un « dieu de la foudre rouge » ou « le sanctuaire de la poussière rouge », il existe plusieurs tentatives de traduction . A noter: Du plachot à la chapelle, tout le haut du mont est en gradin de fabrication romaine ou antérieure. Site privilégié pour la pratique de l’aéromodélisme, parapente et bien sûr randonnées pédestres ! Paysage magnifique avec vue panoramique qu’on partage avec les brebis, vaches et chevaux qui, chaque été, transhument sur ce site pastoral. Bon à savoir : Il est conseillé de se garer sur la zone plate au pied de la chapelle, la route devenant étroite et glissante sur le dernier tronçon. Quand vous stationnez sur une zone de pâturage, il est préférable de rabattre votre...

Lire plus
Bords du gave

Bords du gave

Le Saison qui traverse Tardets de part en part a offert au village des berges ou « rivage », très apprécié des locaux et des visiteurs, pour la détente, le pique-nique ou le rafraîchissement procuré par l’eau lors des chaleurs estivales. De nombreux ruisseaux affluents du Saison, rappellent l’importance de l’eau à Tardets : canal, pont, ancien lavoir, passages et escaliers vers le bord du gave, mais aussi anciens caniveaux en pierre ou en galets dans le centre du village. Des tables permettent de pique niquer au bord de l’eau. En bordure du gave, on trouve la fraîcheur en été, propice aux parties de pétanque sur le boulodrome tout proche, ou tout simplement aux ballades sur l’arrière du village. En longeant les immenses bâtisses avec leurs belles galeries, on accède aux venelles qui remontent vers la voie...

Lire plus
Autel Votif

Autel Votif

A l’intérieur de la chapelle de la Madeleine, se trouve une plaque dédicatoire datée du IIIème siècle, adressée à un dieu inconnu. Elle fut trouvée sur place et longtemps conservée ici, avant d’être remplacée par une copie. Comme dans beaucoup de chapelles, l’objet avait été remployé dans un mur du chœur, les chrétiens ayant toujours de la vénération pour ces pierres païennes. Lors d’une réparation, la pierre fut détachée du mur, et on put alors constater qu’il s’agissait d’un autel votif, avec patère et guttus. Voici le texte de l’inscription votive : FANO HERAUS CORRTZE HE.SACRM C. VAL. VAL RIANUS Cette inscription d’un certain C. Val. Valerianus est dédiée à un dieu: « Herauscorritsehe ». Ce dieu n’est mentionné que sur cette seule inscription connue à ce jour. C’est sans doute un de ces dieux topiques pyrénéens, attachés à une vallée ou une région bien délimitée, et inconnus au-delà.   L’énigme du dieu oublié : Au XIXe siècle, l’inventaire systématique des inscriptions et les progrès de l’épigraphie ont permis aux érudits de tenter de décrypter l’identité de ce mystérieux dieu Herauscorritsehe. Tous furent d’accord pour dire que son nom provenait du basque. Néanmoins, les traductions différaient : pour Mgr de Saint-Pierre, il s’agissait du « dieu de la poussière rouge », pour le docteur Urutibehety du « dieu de la foudre rouge » (Heraus : ce qui descend du ciel, la foudre ; corritse : rouge ; HE : abréviation de Hic erexit « a érigé ici »). Certaines spéculations plus récentes, à tendance néo-païenne ont vu dans Herauscorritse un dieu animal, semblable au bouc noir (Akerbeltz), dieu de la fertilité assimilé au diable par les inquisiteurs. Mais là aussi, ce n’est qu’un tissu d’hypothèses, certes passionnantes, mais qui supposent l’adhésion à l’idée controversée de la subsistance de cultes de la fertilité antiques dans le Moyen-âge. Quoi qu’il en soit, c’est la deuxième interprétation du nom d’Herauscorritse, « le dieu de la foudre rouge », qui a prévalu dans la littérature spécialisée. On s’accorde donc généralement pour dire qu’Herauscorritse était une ancienne divinité de la foudre, équivalent de Jupiter. Quoi de plus nécessaire en effet, pour les bergers, de s’assurer la bienveillante d’une divinité toute-puissante sur la météorologie ? Le mystère de l’identité de Valerianus Enfin, dernier mystère : l’identité de ce Valerianus qui dédia cette inscription à Herauscorritze. Certains auteurs ont  rapproché son nom de...

Lire plus
Histoire – Bastide

Histoire – Bastide

Un peu d’histoire La commune de Tardets-Sorholus est formée en 1859 par la réunion des communes de Tardets et de Sorholus. Tardets a la particularité de conserver sa structure de bastide du 13ème siècle : une place carrée à arcades et de nombreuses venelles. La bastide a été crée par Auger III de Mauléon en 1299, sous le nom de Villeneuve les Tardets tandis que l’origine de Sorholus est beaucoup plus ancienne. Située sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, cette dernière comprend, au milieu du Moyen Age, un hôpital pour accueillir les pélerins et une église romane incendiée lors des guerres de religion. Des tumulis et une enceinte fortifiée témoignent de l’occupation préhistorique des lieux. Pour en savoir plus sur l’histoire de la Soule, le site de l’association Ikerzaleak: IKERZALEAK Etude, promotion et sauvegarde du patrimoine de la province de Soule en Pays Basque, de la préhistoire à nos jours TARDETS-SORHOLUS / ATHARRATZE (Soule)  » Losangé d’or et de gueules  » Ces armes sont déjà citées au XVI° siècle. Tardets et Sorholus sont réunies le 17 avril 1859. Le nom de Tardets est connu dès 1249, sur un acte où il s’intitule  » Tardedz « , avant la fondation de la bastide de  » Villeneuve les Tardets  » en 1299. Toute la Soule était incluse dans le diocèse de Dax jusqu’à la fin du XI° siècle. L’histoire de la Soule est aussi une succession de conflits sanglants qui opposeront régulièrement les Souletins aux Béarnais. Les vicomtes de Soule revendiquèrent toujours leur indépendance tant envers le duc d’Aquitaine et son allié le vicomte du Béarn, qu’envers le roi d’Angleterre. C’est toujours sous la contrainte que les vicomtes de Soule prêteront hommage. En 1307, Auger III de Mauléon se retirera en Navarre plutôt que de se soumettre au roi d’Angleterre. La bastide de  » Villeneuve les Tardets  » fut fondée en 1299 par Auger III de Mauléon ; elle devait bénéficier de diverses franchises et posséder sa milice et sa propre justice. De cités seigneuriales, Tardets comme Mauléon, deviendront villes royales. Avant la création de la bastide de Tardets, une seigneurie existait déjà autour d’un château féodal, sans doute sur la motte de Gaztelu Zahar. Ce territoire initial était tenu...

Lire plus
Place centrale avec arcades

Place centrale avec arcades

Belle place centrale, haute en couleurs, ceinturée d’arcades dont certaines dateraient du XIIème siècle, comme habituellement les places de bastides. Avec l’aide des Bâtiments de France, les façades des maisons de la place et pourtour proche sont refaites aux couleurs d’origine. Contrairement aux écarts et villages environnants, les habitants du bourg, commerçants, nobles ou bourgeois, utilisaient des couleurs fortes qui nécessitent un renouvellement plus fréquent (les couleurs s’estompent, il faut recrépir). Ils marquaient ainsi leur pouvoir d’achat supérieur, leur appartenance à une classe sociale supérieure ! Située au centre du bourg, on y accède par deux longues rues étroites venant de la Haute Soule (Kakouetta, La Verna, Holçarte, Iraty) et du Béarn (La Pierre Saint Martin, Oloron) ou de Basse Soule (Ahusquy, Mauleon, Navarrenx, Saint Jean Pied de Port, Bayonne). Coincée entre montagne et gave, la place est plus étroite du côté du beffroi dont on a retiré la cloche pour remplacer celle de la chapelle de la Madeleine...

Lire plus
Le lavoir et la stèle des évadés

Le lavoir et la stèle des évadés

La commune a érigé en 2006 une stèle des évadés de France, à la mémoire des résistants qui quittèrent la France pour rejoindre l’Armée de la libération via l’Espagne durant la seconde guerre mondiale. Elle est située près de l’ancien lavoir de la commune. Si ce dernier n’est plus utilisé de nos jours, il demeure entretenu et rappelle le rôle capital des femmes sous l’occupation qui profitaient notamment de ces tâches ménagères pour transmettre des informations essentielles aux...

Lire plus
Maison natale Agosti Xaho

Maison natale Agosti Xaho

Adossée au trinquet couvert, la maison natale d’Agosti Xaho est fermée. Néanmoins, l’association PREFOSTA née en 2015 se mobilise pour redonner à ce bâtiment une vie culturelle et associative riche. Une plaque nous rappelle que là est né un grand homme : Joseph Augustin Chaho ou Agosti Xaho, né le 10 octobre 1811 à Tardets et mort le 22 octobre 1858 à Bayonne, est un écrivain, périodiste, indianiste, philologue et homme politique basquefrançais de langue basque et française Il est considéré comme un précurseur du nationalisme basque, un pionnier du laïcisme et du républicanisme au Pays Basque et auteur d’un énorme travail, presque en solitaire, en faveur de la langue et de la culture basques * Quelques faits marquants : Un des premiers à énoncer des thèses en faveur de l’indépendance du Pays basque, de sa réunification avec le Pays basque nord. Création du journal l’Ariel, journal politique dont les articles sont en français, en euskara, gascon bayonnais ou béarnais. Inventeur de la formule « zazpiak bat » : « les septs (provinces) font un » Il préconise l’enseignement du basque dans les écoles et la création d’une académie basque puis fait campagne sur le thème du suffrage universel sans restriction, l’enseignement laïque, gratuit et obligatoire pour tous, la liberté de conscience, de réunion, d’association, de manifestation, la liberté totale de la presse. Anticlérical, premier basque inhumé en dehors de tout rites religieux, il se déclare pour la liberté de prédication et de culte de toutes les religions. Oeuvres littéraires : Essais Azti-begia, Agosti Chaho Bassaburutarrak Ziberou herri maitiari Parisetik igorririk beste hanitchen aitzindari arguibidian goiz izarra, 1834 ; Paroles d’un voyant, 1834, Éditeur: Jean Curutchet, Bayonne, 1989, La Philosophie des Révélations, 1835 ; L’espagnolette de S. Louis, Agonie du Parti Révolutionnaire en France et Lettre à Jacques Laffite,1840 Histoire primitive des Euskariens-Basques: langue, poésie, mœurs et caractère de ce peuple; introduction à son histoire ancienne et moderne, J. Augustin Chaho, Charles Louis Belsunce (vicomte de), Jaymebon, 1840-1847 Philosophie des religions comparées, 1846. Narrations et nouvelles Voyage en Navarre pendant l’insurrection des Basques (1830 – 1835), écrit en 1836 ; Histoire des Basques depuis leur établissement dans les Pyrénées-Occidentales jusqu’à nos jours, 1847 ; Lelo ou la Navarre il y a 500 ans, 1848; Safer ou des houris espagnoles, 1854;...

Lire plus
Sentiers de marche et randonnées

Sentiers de marche et randonnées

TARDETS … vu d’en haut !! Promenade ou randonnée … 5 itinéraires pour découvrir Tardets … LE CALVAIRE Chemin de croix … 35’ – court mais fort dénivelé Départ derrière l’Eglise LA HEGI Du haut du village, au bord du gave … 1 :10 – Facile Départ place centrale   ERRETZÜ Fougeraie à flanc de crête 4 :30 – Moyen Départ place du fronton Guide: 18_Erretzue LA MADELEINE Un balcon sur les Pyrénées 5 :00 – Moyen Départ place cimetière Guide: 17_La_madeleine SENTIER BOTANIQUE La Saligue, les bords du gave 20’ – Très facile Départ pont d’Abense Guide: Alos_camou Autres sentiers de randonnée en soule sur le site: http://www.soule-xiberoa.fr – randonnées en...

Lire plus
Lieux d’intérêt

Lieux d’intérêt

Place centrale et ses arcades Jardin public Bords du gave Pont d’Abense Boulodrome Maison natale de Agosti Xaho Autel Votif à l’office de tourisme Sentiers de marche (Madeleine, Erretzü, La Hegi, Calvaire) Eglise Chapelle de la Madeleine Château Daguerre Salles des sports...

Lire plus