Histoire – Bastide

Histoire – Bastide

Un peu d’histoire

La commune de Tardets-Sorholus est formée en 1859 par la réunion des communes de Tardets et de Sorholus.

Tardets a la particularité de conserver sa structure de bastide du 13ème siècle : une place carrée à arcades et de nombreuses venelles.

La bastide a été crée par Auger III de Mauléon en 1299, sous le nom de Villeneuve les Tardets tandis que l’origine de Sorholus est beaucoup plus ancienne. Située sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, cette dernière comprend, au milieu du Moyen Age, un hôpital pour accueillir les pélerins et une église romane incendiée lors des guerres de religion.

Des tumulis et une enceinte fortifiée témoignent de l’occupation préhistorique des lieux.

Pour en savoir plus sur l’histoire de la Soule, le site de l’association Ikerzaleak:

IKERZALEAK Etude, promotion et sauvegarde du patrimoine de la province de Soule en Pays Basque, de la préhistoire à nos jours

TARDETS-SORHOLUS / ATHARRATZE (Soule)Blason Tardets

 » Losangé d’or et de gueules  »

Ces armes sont déjà citées au XVI° siècle.

Tardets et Sorholus sont réunies le 17 avril 1859.

Le nom de Tardets est connu dès 1249, sur un acte où il s’intitule  » Tardedz « , avant la fondation de la bastide de  » Villeneuve les Tardets  » en 1299.

Toute la Soule était incluse dans le diocèse de Dax jusqu’à la fin du XI° siècle. L’histoire de la Soule est aussi une succession de conflits sanglants qui opposeront régulièrement les Souletins aux Béarnais.

Les vicomtes de Soule revendiquèrent toujours leur indépendance tant envers le duc d’Aquitaine et son allié le vicomte du Béarn, qu’envers le roi d’Angleterre. C’est toujours sous la contrainte que les vicomtes de Soule prêteront hommage. En 1307, Auger III de Mauléon se retirera en Navarre plutôt que de se soumettre au roi d’Angleterre.

La bastide de  » Villeneuve les Tardets  » fut fondée en 1299 par Auger III de Mauléon ; elle devait bénéficier de diverses franchises et posséder sa milice et sa propre justice. De cités seigneuriales, Tardets comme Mauléon, deviendront villes royales.

Avant la création de la bastide de Tardets, une seigneurie existait déjà autour d’un château féodal, sans doute sur la motte de Gaztelu Zahar. Ce territoire initial était tenu par Guillaume Arnaud de Tardets qui épouse vers 1245 Arnaude, héritière d’Ahaxe.

Vers 1365, par alliance, les deux branches aînées de Luxe et de Tardets ; Arnaud Sanche, seigneur de Tardets et d’Ahaxe, épouse Saurine de Luxe, héritière de la baronnie après le décès de sa sœur Jeanne. Leur descendance prendra le nom et les armes des Luxe. La branche cadette des Tardets, par diverses alliances, se retrouve dans la seigneurie de Ahetze de Peyriède à Ordiarp et dans celle de Sauguis.

Les seigneurs de Luxe, Tardets, Ahaxe, Ostabat et Lantabat, mettront volontiers leur épée au service des rois de Navarre. Ils demeurent à Luxe jusqu’en 1524, date à laquelle leur château est rasé par Henri II d’Albret, roi légitime de Navarre, après le ralliement de Jean IV de Luxe à Charles Quint qui avait annexé la Navarre. Jean IV s’installera alors définitivement au vieux château de Tardets ; il y décède en 1559.

Charles de Luxe, fils de Jean IV, naît à Tardets en 1535 ; c’est lui qui à la fin du XVI° siècle construira le nouveau château de Tardets à Gaztelu Gain; l’ancien tombait en ruine. Les dépendances du nouvel édifice devait s’étendre jusqu’au Saison. En 1567, Charles de Luxe, avec les gens de son lignage, prit la tête des troupes catholiques en Soule et Basse Navarre, face au Calvinisme imposé par Jeanne d’Albret. En 1587, Charles de Luxe qui occupait le château de Mauléon, devra céder sous les assauts de Jean de Belzunce et de Gérard de Bella qui combattaient pour les protestants. Charles de Luxe devra se réfugier à Oxagabia accompagné de sa seconde femme Marie de Jaurgain (il l’avait épousé en 1584). Il y restera six ans, la conversion au catholicisme d’Henri IV en 1593 lui permettra de rentrer enfin en Soule. Charlotte de Luxe, fille aînée du premier mariage est héritière de Tardets-Luxe ; elle épouse en 1593, Louis de Montmorency-Bouteville. Leur fils François de Montmorency-Boutteville (1628-1695), baron de Luxe, duc de Luxembourg après son mariage en 1661 avec Madeleine Charlotte de Clermont, héritière du duché de Luxembourg, devient maréchal de France en 1675.

Du second mariage de Charles de Luxe et de Marie de Jaurgain (elle avait 18 ans lors de son mariage et lui en avait 50), viendront six enfants qui sont évidemment hors de la succession des Luxe, mais pas des biens de Jaurgain. L’aîné Valentin sera curé d’Ossas puis en 1623 (sa demi-sœur Charlotte de Luxe lui donnera les cures de Tardets et d’Abense de Haut ; elle en possédait le patronage). Jean, le second fils, capitaine au service du roi, continuera la maison et le lignage des Jaurgain. Arnaud et Valentine entreront dans les Ordres et Espérance de Luxe épouse Arnaud Berteretche de Menditte ; l’historien J. de Jaurgain fut un descendant de ce lignage.

Après la mort de Charles de Luxe en 1604, la désunion apparaît un temps entre les enfants des deux mariages. Les biens de Tardets étaient néanmoins chez les Luxe Montmorency en 1671. A cette date, François de Montmorency-Boutteville, le futur maréchal, vend la baronnie de Tardets à Armand Jean de Peyré, comte de Tréville, gouverneur de Soule, pour 110 000 livres. Son frère cadet Joseph Henry de Peyré lui succède ; il meurt sans alliance en 1708 ; lui succède son neveu, Armand Jean de Montréal, marquis de Monein, baron de Beyrie, Orsanco et Montory, capitaine châtelain de Mauléon et gouverneur de Soule depuis 1676. Son fils Jean de Montréal sera à la tête de biens considérables jusqu’à la Révolution.

Jean de Montréal, ne demeurera pas au château de Tardets. En même temps que sa charge de gouverneur, il avait acquis à Mauléon le château d’Henri de Gramont, qui portera son nom avant de devenir sous-préfecture puis mairie de la capitale souletine. Le château de Tardets, déjà en bien mauvais état, fut sans doute, en ce début du XVIII° siècle, laissé définitivement à l’abandon.

L’ancienne église de Tardets, celle de Sorholus, s’élevait au centre du cimetière. En 1859, le conseil municipal avait décidé la construction d’une nouvelle église ; celle-ci ne sera effective qu’en 1866. Elle possède un retable remarquable, sans doute du XVII° siècle, qui fut celui de l’ancienne église Saint Lucie. En 1896, le curé Uhart construira le presbytère, l’école Saint Sauveur, et restaurera la chapelle de La Madeleine. Il se lance également dans la construction de l’hôpital Saint Antoine ; il convaincra les Franciscaines de Marie Immaculée présentes à Saint Palais depuis 1866, de s’installer à Saint Antoine en 1901. Les religieuses travailleront de leurs mains à la construction du bâtiment et de leur chapelle Notre Dame du Bon Secours, qui est bénie en 1902. L’hôpital accueillera 58 malades en 1905 et 656 en 1940.

Vers 1830, Tardets fut un centre important de négoce du fer, en provenance des forges de Licq et de Larrau. Le minerai de fer, extrait des mines de Licq, Montory, Laguingue, Haux, Etchebar, Lichans, Larrau, était transporté à dos de mulet. L’apparition de la houille entraînera le déclin des forges souletines.

A La Madeleine, autour d’un autel votif portant une inscription latine, une chapelle fut construite à une date indéterminée, sans doute les premiers temps du christianisme. Cette chapelle, dédiée à Sainte Marie Madeleine, avait remplacé un temple primitif et qui selon l’inscription, fut dédié au maître  » de l’orage, de la pluie, de l’éclair et de la foudre « . La chapelle de La Madeleine fut restaurée en 1894 par le curé Uhart, puis en 1961 grâce à la générosité des Souletins. La chapelle possède un petit retable du XVII° siècle.

Augustin Chao (1811-1858) est né à Tardets en 1811. Homme de lettres, philosophe, journaliste, il se distingue par des prises de position assez originales concernant la religion et le peuple Euskarien. On retiendra surtout son ralliement au Carlisme, son nationalisme révolutionnaire et sa publication en 1836  » Etudes grammaticales sur la langue euskarienne « .

Les armes communales sont celles des premiers seigneurs de Tardets, elles nous sont connues à travers un sceau utilisé lors du mariage de Saurine de Luxe et de Arnaud Sanche IV de Tardets au XIV° siècle, puis dans les armoriaux du XVI°. Les armes des Tardets, apparaissent souvent aux côtés de celles des Luxe.

Vous trouverez des informations complémentaires sur le site de l’Association des Bastides d’Aquitaine:

https://bastidesaquitaine.org/departement-64/tardets-sorholus/

louboutin schuhe christian louboutin louboutin schuhe louboutin schuhe outlet louboutin online louboutin deutschland louboutin damen schuhe louboutin pumps louboutin schuhe online louboutin schuhe outlet christian louboutin louboutin schuhe sale christian louboutin louboutin schoenen christian louboutin cheap louboutin uk louboutin shoes online louboutin schoenen christian louboutin christian louboutin sko louboutin schoenen